Fetart

PIANTONI Maria Letizia

Série « Stanze » / Parcours

Rythmes de lignes, d’ombres et de lumières. Des voix imaginées ou alors réellement emprisonnées dans ces murs. J’ai commencé à suivre le travail de démolition de la première barre d’une cité de l’Ile Marante, en banlieue parisienne, au printemps 2007. J’ai toujours été attirée par l’architecture et par les jeux de lumière dans des volumes clos et, dans mon parcours de photographe, après dix années en studio, ce travail est un véritable retour aux sources. Toutes ces pièces, pareilles et différentes à chaque fois, m’ont émue et attirée. Une pièce… qui contenait d’innombrables répliques d’elle-même… A mesure qu’on regarde et qu’on pénètre ces espaces, ils deviennent émouvants. Il y règne un silence assourdissant. J’y suis retournée une infinité de fois, par tous les temps. Aujourd’hui ces deux barres n’existent plus mais je continue ma recherche sur d’autres chantiers et je retrouve souvent cet état d’apaisement et de contemplation. Dans cette phase de démolition, tout va très vite. De l’extérieur le bâtiment est littéralement « dévoré » par grignotage. Des pièces se retrouvent ouvertes sur l’extérieur et elles disparaissent en quelques heures. Des couloirs éventrés, on est déjà dehors.